Portrait

Mère et fille dans la même équipe !

Nous proposons d’aller à la rencontre de Christelle et Amélie qui partagent la même passion  et dans la même équipe de l’Entente du Gévaudan, qui regroupe cette saison Saugues et Venteuges.

La mère et sa fille qui jouent ensemble, c’était prévu ?

Christelle: Oui, quand elle a attaqué le foot ( après la danse et le handball ) avec les garçons et une saison à Langeac en entente avec Saugues, je lui avait dit que j’aimerais bien faire au moins une saison avec elle.

Amélie: On en avait parlé mais je savais pas si je continuerais, et comme je pouvais jouer en séniors cette année, ça m’a convaincu de poursuivre.

Est ce facile de jouer avec sa fille ou avec sa mère ?

Christelle: Je ne vais pas dire que c’est facile parce que j’ai quand même l’appréhension qu’elle se fasse mal.

Amélie: Oui parce qu’elle m’aide, c’est pas facile de jouer avec des  »grandes » et je peux aussi lui dire ce qui va pas sur le terrain.

Christelle, es-tu plus exigeante avec Amélie sur le terrain ?

Je suis assez exigeante, je la  »pousse » beaucoup, je lui parle beaucoup, limite des  »ordres » pour son placement sur le terrain.

Amélie, question toute bête mais comment appelles-tu ta mère sur le terrain ? Maman ?

Maman ou Christelle

Comment vous est venue cette passion pour le foot ?

Christelle: J’ai grandi avec des garçons, les soirs et week-ends, c’était foot dans les prés ou sur la route ( dans un petit village en campagne, on joue n’importe où) avec des cages délimitées par nos pulls. J’ai joué au club de Venteuges avant de jouer à Saugues et maintenant à l’Entente du Gévaudan.

Amélie:  Comme j’ai grandi dans une famille de footballeurs, j’ai voulu essayer, ça m’a bien plu, j’ai donc décidé de continuer.

Que pensez-vous de l’évolution du foot féminin et de son développement ?

Christelle: Le district a beaucoup progressé pour l’encadrement des filles depuis les plus jeunes avec les détections pour évoluer au niveau départemental ou régional.

Amélie: Ça évolue de façon positive et ça prouve que ce n’est pas qu’un sport de garçons, comme certains peuvent le penser, mais il n’y a pas assez de matches féminin à la télé.

J’AIME 5

En direct des clubs